ÉDITO (Avril 2018)

Après un hiver long, pluvieux, qui a joué les prolongations jusqu’à fin mars, voici enfin le printemps et bientôt la Foire d’Anneyron.

Les intempéries ont également retardé les travaux d’aménagement liés au remembrement.

Il faut rappeler le pourquoi de ce remembrement (AFAF) et remonter ainsi au projet de la déviation.

Cette nouvelle route prélevait plus de 16 hectares de terre agricole et venait impacter gravement l’équilibre de plusieurs exploitations agricoles.

Didier Guillaume, alors Président du Conseil Général, s’était engagé à tenir compte de ces impacts pour garantir la survie des exploitations concernées.

C’est donc un remembrement qui a été envisagé. Il est bon de rappeler que sans cette procédure, la déviation n’aurait pas vu le jour et que le coût moyen est

de l’ordre de 2 Millions d’Euros qui se rajoutent pour le Département aux 7 Millions de la déviation.

La déviation est en place depuis plusieurs années alors que le remembrement est en train de se terminer, du fait de la complexité des calculs pour échanger les

terrains.

La règle prévoit de replanter des haies, de remettre en place des chemins agricoles et de restituer des parcelles pour que les engins agricoles puissent

travailler.

C’est ce qui explique tout le va-et-vient des entreprises de travaux publics à l’heure actuelle.

Une fois tout cela terminé, ce qui ne saurait tarder, nous pourrons alors dire que l’aventure de la déviation et de ses conséquences se termine.

Dans le domaine de l’action municipale, les procédures sont longues, parfois très longues et c’est très satisfaisant de les voir aboutir.

Un certain Jean de La Fontaine disait que « Patience et longueur de temps… »

Très cordialement.

Alain Genthon

Maire